La femme clochette, reconnexion au sacré.

Je pourrai aujourd'hui te décrire le féminin sacré comme une sorte de clochette qui renferme la pureté, la douceur, l'extase, la beauté, mais aussi la force. Ces clochettes sont des présences précieuses sur Terre, et aujourd’hui plus que jamais elles ont besoin de préserver ce qu'elles cachent, ce qu'elles détiennent. Le féminin sacré représente une force vitale, un accomplissement, une forme d'ouverture qui sur le plan de la conscience vient modifier votre état d'être.


Dans cet étau actuel qui se resserre, chaque clochette est bousculée, et finie par se rapprochée des autres. Ensembles, toutes ces clochettes réunies, laissent émerger une toute puissance qui est telle que le monde va basculer.

Chacun, en tant qu'être vivant incarné, vous détenez ce féminin sacré en vous, mais plus que jamais, la femme d'aujourd'hui, le répare et s'y reconnecte. On ne s'arrête pas au simple fait qu'il « faut » réparer, prendre conscience, ou ressentir, non, on ouvre véritablement les portes à la compréhension du féminin sacré.

Dans leurs structures profondes, les femmes ont énormément souffert et souffrent encore. Attention, je n'écarte pas la souffrance des hommes, mais là, je m'adresse aux femmes. Vous êtes tant de clochettes égarées dans le vent de la vie, à vous être déposées sur les flots sans savoir où aller. Vous n'êtes plus seules aujourd’hui, sachez le bien. Chaque femme qui fait un travail de guérison intérieur passe le flambeau à d'autres femmes. Les lignées se guérissent, plus rapidement, nous n'avons plus à attendre des années pour que les choses se mettent en place.

Sous la main de l'homme, la femme a été rabaissée, soumise, mise à nue, exploitée, violée... Il y a des milliers de cas de figure qui ont blessé tant de femmes. Les croyances sont si profondes et indélébiles que certaines d'entre vous pensent que le bonheur ne peut pas frapper à votre porte.

Ce n'est pas de votre faute, chères clochettes, vous avez été détruites, on vous a fait croire que n'étiez rien, pendant trop longtemps. Depuis quelques années, la conscience émergeant, vous avez entrepris un travail incroyable pour vous libérer de ce fardeau qui ne vous appartient plus. Des années à regarder les souffrances intérieures, se tournant vers les tourments de toutes les femmes de votre vie, de votre famille.

Beaucoup d'entre vous sont passées par le martyr du corps, de l'esprit, par une forme de maltraitance ou une autre. Votre position de femme soumise a réveillé des blessures enfouies, des mémoires d'autrefois qui souvent ont déclenché d'autres mémoires, celles des guerrières. Alors vous vous êtes relevées et battues, vous avez dit stop à toute cette violence et cette incertitude que demain peut-être n'existera pas.

Il y a des chemins difficiles qui sont vécus par chacune d'entre vous, des blessures qui ne guérissent pas, des incompréhensions face à vos expériences.

La femme guerrière qui se lève et montre sa force, sa volonté de s'en sortir, finit par se consumer de l'intérieur par sa rage qui au final la ramène à une situation compliquée à vivre. Vous manifestez votre colère, vous tentez de vous positionner, mais au final vous évoluez dans le total contraire de votre position antérieure. Le feu vous anime et vous permet de tenir, mais au final, rien ne se règle vraiment.

La compréhension, la lumière sur les expériences, et le pardon. Ce chemin est à entreprendre pour celles qui se sentent encore piégées dans un programme de soumission.

Lorsque la lumière vient éclairer votre être et la souffrance engendrés par les choix de vie, ou simplement par votre destinée, vous pouvez alors être capable de vous pardonner ce que vous vous êtes infligés. Ce n'est pas un chemin facile, mais pour renaître dans une forme de liberté intérieure nécessaire à votre évolution, il ne faut pas avoir peur de faire face à qui vous êtes en prenant en compte votre multidimensionnalité.

Le pardon vous amène à vous recentrer sur l'essentiel, vous ne partez plus en croisade contre les méchants, mais vous explorez votre monde intérieur avec bienveillance et amour pour l'être que vous êtes. Plus nombreuses que jamais, les femmes se sont occupées d'elles, de manière à laisser infuser en elles l'énergie source qui les conduit sur le chemin de l'amour, de la libération. Dans cet élan d'amour infini, elles ont dansé, chanté, créé des cercles de femmes qui les ont amené à se retrouver, à partager les maux et les mots qui révèlent le chemin de l'âme.

Ensemble, elles ont invoqué la terre et sa magie, dans des moments purement sacrés et consacrés à leur féminité. Ainsi, elles ont ensemencé le monde de cette pureté qui a émané, mais aussi de cette forte libération des chaînes du passé.

Dans ce mouvement doux et délicat, elles ont accouché de leurs peines, de leurs douleurs, de leurs souffrances les plus atroces et ainsi reprogrammé leur cycle de vie avec bienveillance.

Être une femme, c'est vibrer l'amour à l'unis-son avec Gaïa, avec tout l'univers, mais c'est aussi incarner la source dans tout son état d'être.

Vous avez été pendant trop longtemps, en tant qu'humains, enracinés dans des croyances limitantes, mais surtout dans des croyances que vous étiez séparés de la mère originelle. Tout le travail effectué par les Hommes jusqu'à ce jour a consisté et consiste encore à vous réconcilier avec vous-m'aime, avec l'amour inconditionnel qui au final ne vous a jamais quitté. Le plan du christ féminin divin consiste à vous libérer totalement de votre souffrance et votre vaisseau terre ascensionne en ce sens avec tous ses habitants. Nul retour n'est possible aujourd’hui.

Les humains dans leur ascension, dansent de plus en plus en farandole autour de la terre, la bénissent, lui apportent de l'amour, la cajolent, Rien ne peut plus vous arrêter, vous vivez des temps merveilleux en ce sens. Plus cette lumière émerge de vous et plus le monde ouvre les yeux sur la noirceur qui avait pris jusqu'à le contrôle de tout. Assiégé par le pouvoir, la manipulation, le monde s'est étouffé sous d'épaisses couches de médiocrité, mais une poignée d'humains éclaireurs, à donner naissance à des milliers d'humains illuminés par cette reconnexion à la mère originelle.

Ce temps difficile où tout paraît en suspens, est un temps bénéfique pour un retour à Soi et à l'émergence de votre conscience en reliance à la source éternelle originelle.

Dans ce flot d'activation, les toiles d'araignées se dissipent et laissent place à l'accueil des nouveaux êtres qui seront les navigateurs du monde de demain.

Les femmes, dans leurs clochettes, se nourrissent désormais d'un nectar divin qui lui seul peut leur donner la force d'exister et de rayonner ce qu'elles sont vraiment. Elles ne restent plus cachées, à l'abri, elles s'ouvrent, montrent leur beauté autant que leurs souffrances, mais elles parlent dans une intention de guérison. L'humanité toute entière ressent le souffle qui est impulsé à chacune de ces créatures, ainsi, elle se sent portée par cette énergie incroyable insufflée par notre mère divine elle-même.

L'antre sacré des femmes est plein de mystère, mais de là naît une puissance qui est transmise aux hommes de ce monde. Cette puissance naissante émerge de l'amour inconditionnel et de la conscience du Soi, l'humanité toute entière sera touchée.

Les femmes sortent de l'ombre, non pas pour entreprendre une quête sauvage de vengeance contre les hommes, mais pour incarner le sacré dans toute sa splendeur et ainsi rétablir l'équilibre en chacun de nous. Les hommes, enivrés par ces danses enivrantes transmutent à leur tour leurs blessures, et suivent le flot pour ainsi s'ouvrir et accueillir leur féminin sacré.


Une présence lumineuse à vos côtés.

Retransmis par Amalia.


www.lesjoyauxsacres.com

Lien Facebook

Ma chaine Telegram

Instagram

Je voulais faire un aparté concernant notre reconnexion en tant que femme à notre féminin sacré.

Ces derniers temps, je mets en lumière lors des séances beaucoup de blocages qui empêchent la femme de donner naissance ou tout simplement de se sentir libre sur le plan sexuel. Vous êtes nombreuses à rencontrer des problèmes gynécologiques, des douleurs menstruelles terribles.

J'ai pu remarquer que ce mois passé nous a invité à prendre soin de nous les femmes, avec plus d'attention encore qu'avant. Nous sommes nombreuses à être fatiguées, comme si notre corps nous disait stop, ça tu fais pas...Nous poussons souvent le bouchon trop loin, et dans des périodes où nous devrions nous accueillir avec plus de douceur, nous faisons en sorte d'écarter la douleur par des médicaments pour être égale à nous même à tout instant.

J'ai porté mon attention sur mon corps ce mois-ci, plus que d'habitude, et j'ai ressenti cette énergie douce qui m'invitait quoi qu'il arrive à me poser, à m'écouter, à ne pas me bousculer alors que j'étais en douleur et à accepter que dans ces moments, je ne peux pas demander à mon corps de fournir autant d'énergie que les autres jours.

Une amie qui m'est chère et avec qui j’échangeais à ce sujet, m'a conseillée de prendre la racine de Shatavari, la plante des femmes. Veuillez m'excuser mes chers hommes, mais vu ce que je viens de canaliser, je pense que c'est le moment approprié pour parler de cette plante qui s'adresse aux femmes. Elle s'adresse quand même un petit peu à vous dans le sens où elle augmente votre fertilité en favorisant la production de spermatozoïdes. ;)


Le shatavari est depuis longtemps utilisé en Ayurveda, la médecine traditionnelle de l’Inde, comme régénérateur tonique du système reproducteur féminin. Il possède en effet plusieurs effets à ce niveau, notamment :

  • En atténuant le syndrome prémenstruel et en permettant un soutien aux menstruations difficiles.

  • En augmentant la fertilité. Le shatavari est utile pour une femme désirant concevoir, car il agit comme tonique utérin et aide à prévenir fausses couches.

  • En étant aphrodisiaque et en stimulant la libido[1].

  • En étant utilisé à la ménopause pour apaiser les bouffées de chaleur (effet rafraîchissant).

  • En favorisant la lactation chez les femmes venant d’accoucher par son effet galactagogue [2] (en augmentant la quantité de prolactine, l’hormone déclenchant la lactation) [3].

Le shatavari contient aussi des phyto-oestrogènes, qui ont un rôle protecteur au niveau hormonal en prévention de cancers hormono-dépendants comme le cancer du sein. En effet, les phyto-oestrogènes, en se liant aux récepteurs à oestrogènes de nos cellules, empêchent ces récepteurs de se lier à des xéno-oestrogènes, des perturbateurs endocriniens nuisibles présents dans notre environnement (bisphénol A du plastique, phtalates, formaldéhyde…) qui déstabilisent les messages hormonaux de l’organisme. »


Sous forme de tisane (existe sous forme de gélules), j'ai bu cette tisane conseillée par mon amie, elle contient cette racine et du fenouil, son goût est un vrai délice. J'ai pris plaisir à boire cette composition et à prendre soin de moi. Mon cycle arrivant, tous les symptômes, la douleur et les désagréments liés avaient disparus. Incroyable, je n'en suis pas revenue. J'avais mal depuis si longtemps, des années, et cette absence de douleur m'a perturbée, j'avais l'impression qu'elle allait me surprendre à tout moment au cours de la journée. Je témoigne à cœur ouvert devant vous mesdames, mesdemoiselles, je sais que vous êtes nombreuses à souffrir de vos cycles, à vous coucher, à pleurer, à vous sentir désorientées, en colère d'être femme, tout comme moi...Dans ces moments là il m'arrive même parfois d'en vouloir aux hommes de ne pas savoir ce que l'on ressent tellement ça peut être douloureux, inconfortable...

Je me suis accueillie dans ce passage du mois avec beaucoup plus de tendresse et de douceur envers moi-même, et ma connexion à la femme sacrée que je suis à été plus intense encore. Vous êtes toutes des femmes sacrées, il y a un moment où la souffrance doit cessée. Les médicaments ne sont que des pansements, des béquilles, mais ils ne nous aident pas, bien au contraire. Alors voilà, j'ai voulu partager avec vous mon expérience, je vous invite vraiment à faire connaissance avec cette merveilleuse racine qui est là pour nous et qui personnellement m'a libérée de cette souffrance qui me faisait redouté l'approche d'un nouveau cycle.

Avec amour, Amalia

122 vues0 commentaire